Sensibilisation à l’illettrisme dans les Points info jeunesse

Jeudi 10 septembre 2020

Le Réseau information jeunesse de la province relaye une semaine de sensibilisation à l’illettrisme, avec brochures, panneaux, questionnaires, témoignages et films.

Pas évident de se débrouiller sans savoir parfaitement lire, écrire et compter. En relais d’une action de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (Ancli), le Réseau information jeunesse a tenté de sensibiliser le grand public aux difficultés rencontrées par les individus concernés, hier.

« C’est un vrai handicap social. Ce sont des personnes qui n’ont plus les clés pour décrypter le fonctionnement de notre société », explique Aline Lepeu. Documentaliste du réseau des six Points info jeunesse de la province et elle-même en charge de celui de VKP, Aline Lepeu a été formée lors d’une mission de l’Ancli. « Il faut comprendre que ce sont des personnes qui se retrouvent bloquées dans leur quotidien : courses, démarches administratives, aide aux devoirs des enfants, etc. », poursuit-elle. Problème d’affirmation, difficultés d’insertion « pour elles, c’est source d’une grande souffrance », insiste Aline.

29 000 personnes concernées

D’autant qu’en Nouvelle-Calédonie, l’illettrisme, défini comme le fait d’avoir perdu ses compétences à la suite d’un parcours scolaire tumultueux, n’est pas rare. En 2013, une enquête de l’Institut de la statistique et des études économiques (Isee) a recensé 29 000 personnes souffrant de ce problème. Dont 13 560 sont salariées, qui mettent en place des stratégies de contournement, pour ne pas être exposées aux regards dévalorisants.

Parmi elles, la majorité a entre 45 et 65 ans, mais ce n’est pas tout. Les chiffres de la journée Défense et citoyenne révèlent également que 12 % des 17 à 25 ans sont en difficulté de lecture.

Pour évoquer ces questions, les Points info jeunesse de Poum, de Ouégoa et de Pouébo ont distribué des plaquettes, sorti des panneaux d’information, diffusé des témoignages et sensibilisé le personnel municipal, hier. À Koné, Aline s’est rendue aux guichets d’accueil de plusieurs services publics, et le film Illettré, de Jean-Paul Améris, est projeté depuis lundi, dans le cadre du dispositif municipal Ciné partage.

Sur le Caillou, la Croix-Rouge, l’École de la réussite, et l’association Mascop, à Poindimié, sont les trois organismes qui accompagnent les personnes en situation d’illettrisme.

Les Nouvelles calédoniennes