Comment améliorer la communication entre ados et parents

Vendredi 16 novembre 2018

L’ABMA (Aller bien pour mieux apprendre) a organisé, la semaine dernière, au centre d’hébergement Riquet-Bailly une soirée-débat ayant pour thème Parents d’ados

 

« Tout a commencé l’année dernière avec la mise en place du groupe ABMA, suite au constat de violences dans les établissements scolaires du village : collège, antenne de lycée professionnel (ALP) et internat provincial de Koumac. Nous avons fait un diagnostic avec différents groupes de travail constitué d’élèves, de parents et de professionnels des trois établissements », précise l’infirmière de l’internat. C’est ainsi que le groupe ABMA a décidé d’organiser une première soirée-débat, avec la participation d’Albert Wamo, psychologue à l’Ase (Aide sociale à l’enfance). Cette soirée était ouverte à tous. Pour que celle-ci puisse avoir lieu, les membres de l’ABMA n’ont pas hésité à coller des affiches dans le village et les tribus de Koumac pour toucher un maximum de personnes. Malgré cela, seule une vingtaine de curieux a honoré l’invitation, mais les organisateurs ont estimé que cette première rencontre était honorable. « La soirée a été très riche avec des échanges libres. Nous avons en préambule présenté un petit film ayant un lien avec le thème de la soirée », souligne l’infirmière. La projection a généré des discussions où les parents ont dénoncé les conflits entre eux et leurs enfants. « Les ados qui se rebellent, qui mentent, qui volent... face à leurs parents qui se demandent comment faire pour rétablir autant que faire se peut une communication, le dialogue avec eux », a ajouté l’infirmière de l’internat. Les membres de l’ABMA ont proposé de refaire ce type de soirée en laissant aux parents le soin de préciser quel thème ils souhaitaient aborder la prochaine fois.

Les Nouvelles-Calédoniennes