Une nouvelle Maison de la femme pour la côte Est

Lundi 19 octobre 2020

Située à l’entrée sud du village de Ponérihouen, jouxtant la salle omnisports, la Maison de la femme, dont la construction a débuté en 2017 et livrée fin 2019, sera inaugurée samedi.

C’est une nouvelle structure à dimension pays pour la commune et pour la côte Est. La nouvelle Maison de la femme, construite au village, va être inaugurée samedi.

Cet espace aura coûté 300 millions de francs, financés par le gouvernement, la province Nord et la municipalité. Et si des discussions sont en cours concernant son fonctionnement, une SPL (Société publique locale) regroupant les partenaires devrait prendre la gestion du bâtiment.

Le lieu a pour vocation d’accueillir et d’informer les femmes. Des permanences seront tenues par les partenaires identifiés, selon les besoins. Une salle de 300 m2 pourra accueillir des conférences. Un espace extérieur est prévu pour des actions, permanentes ou ponctuelles, comme des marchés ou des ateliers. Un marché par mois sera d’ailleurs organisé par la fédération des femmes de Ponérihouen et l’association Fées (Femmes entraide économique et solidaire). Ces deux entités auront aussi la gestion de l'espace boutique, sur le même modèle que le dock Arti'Fées, au quai Ferry, à Nouméa, qui présente toute sorte de création artistique et artisanale.

Un secrétariat-comptabilité assurera l’accueil des visiteurs. Des formations pourront être données sur place, une salle informatique étant prévue à cet effet. Un espace hébergement pouvant accueillir quatre personnes est aussi prévu afin de faciliter l’accueil des intervenants. Ce lieu de passage est équipé d’une kitchenette.

Porté, à l’origine, par Déwé Gorodey puis poursuivi par Valentine Eurisouké, qui lui a succédé en tant que membre du gouvernement en charge de la condition féminine, ce projet a pour objectif premier de créer un espace d’échanges et de partage, au niveau des communes de la province Nord et des trois provinces, qui doit contribuer au rayonnement dans la région Pacifique.

Sur place, d’ultimes travaux sont encore en cours, afin d’accueillir le public et les différentes délégations dans les meilleures conditions samedi, à partir de 8 heures.

Valoriser les femmes

L’équipe du Permatour est ainsi en train d’organiser l’espace jardin, aménagé en permaculture. Cette action a été décidée par la Fédération des femmes en partenariat avec le gouvernement. L’occasion de préparer un jardin regroupant des plantes médicinales et des plantes comestibles, qui seront en lien avec le bien-être de la femme. Ce jardin fera aussi l’objet de visites et d’informations. Le public sera d’ailleurs invité à l’alimenter, samedi, lors d’ateliers.

L’inauguration du lieu interviendra d’ailleurs à l’occasion de la 5e édition de la journée internationale de la femme rurale.

Un atelier est prévu sur la valorisation de la femme rurale, afin de rappeler son importance et sa contribution au développement social et économique du Caillou. L’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) interviendra également sur ses actions déjà existantes, comme l’octroi de prêt de groupe pour permettre de développer des activités sur les lieux de vie des femmes. La Fédération des femmes de Ponérihouen, qui a initié les marchés solidaires, expliquera les impacts et les retombées de ces actions. L’association Fées expliquera également sa démarche et son fonctionnement. De nombreux ateliers ainsi que des conférences sont prévus tout au long de cette journée.

Les Nouvelles calédoniennes