Le pédibus de Téari a fait le plein de passagers

Lundi 25 septembre 2017

A bord de la ligne d’autobus pédestre Caférie-Téari, hier matin, une cinquantaine d’écoliers et une dizaine de « chauffeurs » composés de mamans, mamies et personnels éducatifs. Sept enfants ont d’abord pris le départ à 7 h 20, rue de la Caférie, en direction de l’entrée du lotissement des Bosquets, afin de rejoindre leurs camarades qui les attendaient à la guérite. Après cet arrêt, comme chaque matin depuis le début de cette semaine, les enfants rangés deux par deux ont remonté une partie de l’avenue de Foué jusqu’à l’école.

Trois lignes dans le quartier
Ce pédibus a été organisé à l’occasion de la Semaine de l’éco-mobilité, initiée par la province Nord et pour laquelle l’école Téari accueillait plusieurs animations (*). C’était une première pour l’école la plus récente du village. « Nous avons mis en place plusieurs lignes », explique Catherine Brinon, directrice de l’école publique. L’une partait de la rue de la Caférie via les Bosquets. Une deuxième était pour les enfants résidant à Green Acre, du côté de l’école. La dernière ligne venait de Samanéa, empruntée par une trentaine d’enfants, dont ceux de Païamboué déposés par leurs parents.
Aux abords de l’école, les résultats ont aussitôt été visibles à l’heure de la sonnerie du matin et de l’après-midi : moins de voitures ont stationné sur le vaste parking et ont circulé.
Outre la réduction de la pollution, le pédibus a un objectif d’éducation routière. L’école Téari participe régulièrement à des opérations de sensibilisation avec la Defij (Direction de l’enseignement, de la formation, de l’insertion et de la jeunesse) provinciale : « Carton jaune », réalisée il y a un an à la sortie du collège de Païamboué afin d’apprendre les bonnes règles aux piétons, création d’une piste de sécurité routière dans sa cour... 

Différencier les espaces de chacun
Hier, plusieurs « grands » comme Vaimiti, en CM2, ont veillé sur les plus petits qui avançaient deux par deux, en marchant sur le trottoir côté route. La future collégienne a aussi appris de nouvelles règles, comme « je ne marche pas sur la piste cyclable. »
L’essai du pédibus va être transformé devant son « succès », autant auprès des enfants que des parents. « On va le conduire chaque vendredi », annonce Catherine Brinon.

* Une pratique des moyens de transport dits en « modes doux » était proposée chaque soir de la semaine. Lire LNC du 19 septembre, « Les modes doux comme devoirs d'école » [1].

Les Nouvelles-Calédoniennes